Fibromyalgie

      Commentaires fermés sur Fibromyalgie

QU’EST-CE QUE LA FIBROMYALGIE ?

La fibromyalgie  ou syndrome fibromyalgique se caractérise par des douleurs diffuses  persistantes ayant un effet sur les capacités fonctionnelles, en les diminuant de manière variable et ce, selon les personnes et dans le temps.

QUI PEUT EN ETRE ATTEINT ?

La fibromyalgie touche environ 1 à 3% de la population avec une répartition très inégale : touche principalement les femmes (80%) entre 30 et 50 ans.

MODE DE SURVENUE

Les causes de la fibromyalgie ne sont pas encore connues. Bien que la fibromyalgie est à l’origine de douleurs musculaires chroniques, il n’y a aucune lésion visible dans les muscles pouvant expliquer les douleurs. Il s’agit d’une maladie où de nombreux facteurs sont probablement à l’origine des symptômes.

Les chercheurs retrouveraient :

  • un épuisement de l’axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien (stress) : il pourrait y avoir une succession de deux éléments très importants chez des personnes prédisposées :
    • à l’adolescence ou à l’enfance, un évènement très émotionnellement éprouvant ;
    • à l’âge adulte, sur ce terrain prédisposé, un nouveau stress pourrait faire basculer la personne dans le syndrome fibromyalgique ;
  • une diminution du seuil de perception de la douleur : les personnes atteintes de fibromyalgie ressentent davantage la douleur que les autres. Cette plus grande sensibilité à la douleur serait liée au dysfonctionnement de certaines zones du cerveau et à des anomalies de la transmission des messages nerveux ;
  • une anomalie physiologiques du système nerveux : une diminution des taux de neurotransmetteurs comme la sérotonine chez le fibromyalgique ;
  • des facteurs génétiques : plusieurs gènes pourraient être impliqués dans le déclenchement de la fibromyalgie, mais les études effectuées dans ce domaine n’ont pas encore donné de résultats satisfaisants ;
  • des facteurs biologiques : un trouble métabolique de la substance P augmenterait la sensibilité à la douleur. son association avec le stress, l’anxiété et la dépression est aussi connue ;
  • un manque de sommeil réparateur ;
  • des agents infectieux ont été incriminés pour expliquer le déclenchement de la fibromyalgie, comme le virus de l’hépatite B ou C ou la bactérie en cause dans la maladie de Lyme ;
  • profil psychologique : de nombreuses études démontrent un lien fort entre la fibromyalgie, l’anxiété et la dépression qui sont présentes dans 1/3 des cas environ. Les troubles anxieux sont souvent présents avant l’apparition des douleurs (3/4 des patients), tandis que la dépression apparaît le plus souvent après le début de la fibromyalgie. A noter qu’une dépression chronique finit naturellement par entraîner des douleurs et qu’une douleur chronique finit par entraîner une dépression. d’où un lien entre les deux syndromes fibromyalgiques et dépressif.

DIAGNOSTIC

Il n’existe pas de test reconnu fiable à 100% pour diagnostiquer la fibromyalgie. Jusqu’à présent, le diagnostic du syndrome fibromyalgique est clinique. En l’absence de lésion anatomique, d’anomalie biologique ou anatomo-pathologique pouvant rendre compte des symptômes déclarés, la variabilité des signes fonctionnels et la subjectivité de leur mesure rendent délicate sa reconnaissance.

Aucune anomalie biologique n’accompagne les signes fonctionnels  il n’y a notamment aucun signe inflammatoire ou immunologique, les enzymes musculaires ondes taux normaux, de même que la calcémie, la phosphorémie, la TSH et la T4. Aucune anomalie radiologique n’est repérée.

Il existe cependant des critères diagnostiques publiés par l’American College of Rheumatology (ACR) en 1990. Ces critères de classification permettent l’étude des groupes de malades aussi homogènes que possible en vue de recherches physiopathologiques et thérapeutiques. Selon l’ACR, l’existence d’un syndrome fibromyalgique doit être reconnue quand existent conjointement deux critères :

  1. une douleur diffuse d’une durée d’évolution d’au moins 3 mois. La douleur est considérée comme difficile lorsque toutes les caractéristiques suivantes sont présentes :
    • douleurs des deux côtés du corps ;
    • douleurs au-dessous et au-dessus de la taille. De plus, une douleur du squelette axial doit être présente ;
  2. des points douloureux à la pression digitale d’environ 4kg, localisés très précisément : 11 des 18 points préalablement définis doivent être douloureux et pas seulement sensibles :
    • occipital : à l’insertion occipitale des muscles sous-occipitaux ;
    • cervical bas : à la partie antérieure des espaces inter-transversaires C5 à C7 ;
    • trapézien : à la partie moyenne du bord supérieur du muscle trapèze ;
    • sus-épineux : à l’insertion au-dessus de l’épine de la scapulo, près du bord médias ;
    • 2ème côte : juste à côté de la jonction chondrocostale, à la partie supérieure;
    • épicondylien : à 2 cm au-dessous des épicondyles ;
    • fessier : au quadrant super-latéral de la fesse ;
    • trochantérien : en arrière de la saillie du grand trochanter ;
    • genou : en regard du coussinet graissent médias, près de l’interligne articulaire.

Fibromyalgie

A noter que la localisation et le nombre de points douloureux peuvent varier selon les périodes et/ou les circonstances.

QUELLES SONT LES CONSEQUENCES ?

La fibromyalgie n’est pas une maladie grave, au sens où elle entraînent pas de complications de santé majeures. Elle n’en est pas moins une maladie pénible et invalidante pour les personnes qui en souffrent. Les douleurs sont chroniques et souvent résistantes aux différents traitements, qu’ils soient médicaux, physiques (kinésithérapie, ostéopathie, acupuncture) ou psychologiques (thérapies cognitives et comportementales, relaxation, hypnose). Cependant, elles ont tendance à rester stable à long terme ou à s’atténuer. Il n’y a généralement pas d’aggravation.

L’intensité de la douleur et de la fatigue limite les activités quotidiennes et peut parfois avoir des répercussions sur l’activité professionnelle. Cependant, le fait de maintenir son activité professionnelle est bénéfique sur le plan psychologique comme sur le plan physique. Des aménagements du temps et du poste de travail sont parfois nécessaires lorsque les douleurs sont très importantes.